Menu

Streets of rage Megadrive

Musique à écouter pendant le test :

Plate forme : Megadrive

Parution : Megadrive, Mega cd, Master system, Game gear

Genre : Beat’em all best of the best

Année : 02/08/1991

Editeur : Sega

A l’époque : 17/20

Il y a certains titres qui définissent une console, une époque, Streets of rage en fait partie. Porte étendard de la Megadrive au côté de Sonic, ces jeux ont façonné l’image résolument cool de cette machine chez les enfants ados que nous étions.

Qu’est-ce que Streets of rage en fin de compte ? Un superbe beat’em all, soigné dans les moindres détails, dont la principale force est son ambiance magistrale, portée par une direction artistique et une bande son parfaites.

Le seul reproche que je pouvais formuler à l’époque concernait sa durée de vie, trop restreinte, et son côté répétitif, mais c’est le genre beat’em all qui veut cela.

Il était impossible de ne pas jouer à Streets of rage quand on avait une Megadrive début 90’s, tellement ce jeu était diffusé. Je ne connais personne qui possédait cette console à ce moment là n’ayant pas joué à Revenge of Shinobi, Streets of rage, et Sonic.

Quelle époque, les cartouches Megadrive qu’on se prêtait, rangées au milieu des trousses et cahiers dans les cartables. Certains comprendront.

De nos jours : 18/20

Avec le recul, on se rend compte que Streets of rage nous offrait la quintessence du beat’em all 2d console (avec Tmnt diront certains). La formule a évolué maintenant qu’elle est en 3d, gagnant en profondeur de gameplay, mais perdant au passage ce plaisir basique et rudimentaire que seuls les bta 2d offraient.

Je ne vais pas tourner longtemps autour du pot, Streets of rage premier du nom est à mon sens le meilleur de la série, mais également le meilleur beat’em all 16 bits, tout simplement.

Lorsque l’on évoque Streets of rage, les fans pensent souvent au second épisode considéré par beaucoup comme le meilleur, ce n’est pas mon cas. Quand, comme moi, on a énormément joué à cette série, on en revient en fin de compte beaucoup au premier pour diverses raisons que j’évoque tout au long de cet article.

Sans le savoir, nous vivions l’âge d’or des Beat’em all 2d. La note reflète ce que représente aujourd’hui le meilleur d’entre eux sur console. Ce n’est pas pour rien si tant d’années après Paprium ressemble à ce point à Streets of rage.

Un titre mythique.

Jouabilité : 17/20

Peu de coups, le strict nécessaire, mais ce n’est pas grave, le plaisir est ailleurs.

Tout l’intérêt de la jouabilité de Streets of rage réside entre le placement et le timing parfait dans la fréquence de vos coups. Si vous maîtrisez cela, vous arriverez alors à figer certains ennemis et boss, ce qui vous permettra de les enchaîner jusqu’à ce qu’ils disparaissent. Un plaisir simple et basique, qui exige de bien connaître le jeu.

Il est également important de bien gérer vos renforts (seul épisode à en proposer), et votre nourriture, le jeu passe par des piques de difficulté à certains moments, comme les sœurs jumelles par exemple.

Cet épisode dispose de stages où l’on peut balancer ses adversaires dans le vide et ainsi gagner en une seule prise, cruel mais jubilatoire.

Les trois héros proposent des techniques et coups distincts.

Graphisme : 16/20

Streets of rage est beau, il exploite à merveille la Megadrive.

On verra par la suite que cette console pourra fournir davantage de détails avec les épisodes suivants, mais ce premier volet est déjà très joli à regarder.

Animation : 15/20

Le jeu bouge bien.

Quelques petits effacements peuvent apparaître à de rares endroits, mais c’est vraiment histoire de dire quelque chose.

Ceci étant dit, Streets of rage est un beat’em all lent, aucun personnage ne court dans ce jeu, l’animation ne doit pas beaucoup fatiguer les processeurs de la Megadrive.

Sons : 19/20

Qui ne connaît pas les fantastiques musiques de Streets of rage, Yuzo Koshiro a fait des merveilles avec le modeste ship sonore de la Megadrive, c’est d’ailleurs pour cette raison que cette bande son est devenue culte aujourd’hui.

De la techno dance typiquement début 90’s dans votre console de salon, croyez-moi, ça impressionnait à l’époque. La musique participe largement à l’ambiance du jeu, il s’en dégage une impression de coolitude et de titre parfaitement dans son époque.

Une des meilleures bandes son de la Megadrive.

Les bruitages remplissent bien leur fonction également.

Artistiquement : 18/20

Si Final fight est le pionnier incontesté, Streets of rage sublime la formule dans tous les domaines. Le titre de Sega ne peut pas renier l’énorme influence de Final fight, certains personnages semblent en effet être de véritables copiés collés de sprite de ce dernier, mais toutefois Streets of rage trouve sa propre voie.

L’ambiance punk nocturne et rues malfamées est à son sommet dans Streets of rage.

Le jeu semblait à l’époque complètement dans l’air du temps, avec son design, ses musiques, et son ambiance tellement cool aux yeux des gamins que nous étions.

Aucune faute de goût ou de syndrome too much à signaler dans cet épisode (ce ne sera pas le cas des suivants), que ce soit les thématiques des stages, le choix des coloris, ou même tout simplement le look de la bagnole des renforts, tout est parfait. Certains niveaux offrent de plus quelques moments mémorables, comme ceux où l’on peut projeter ses adversaires.

Au chapitre des reproches, on notera un trop grand recyclage de boss, syndrome de l’immense majorité des beat’em all. Bayonetta, très grand jeu s’il en est, souffre du même problème bien qu’il soit tout récent.

Pour résumer, Streets of rage est l’épisode le plus réussi de la série artistiquement, mais il est également largement au-dessus des autres beat’em all de l’époque dans ce domaine, c’est d’ailleurs sa principale force.

Les versions :

Arcade.

Streets of rage n’est jamais sorti en arcade, un comble pour un fabriquant de borne comme Sega.

Votre hfsbox branchée sur votre borne perso résoudra cet oubli de maître Sega.

Megadrive Pal.

Un cover que tout gamer connaît. Superbe.

Notez certains détails, comme les baskets Sega des héros, les références à Vendredi 13 ou encore au premier Terminator, etc.

Un cover iconique de la Megadrive, au même titre que celui de Sonic et quelques autres.

Ici dans le Mega games 2, qui est sans aucun doute la meilleure version des trois Mega games parues.

Trois mega hits de la Megadrive dans une seule cartouche.

Regardez-moi ces jeux, tout est dit.

Le Mega games 6 English.

Une illustration des plus austères, mais le contenu de la cartouche est de haute qualité comme vous pouvez le voir.

Mega cd.

Streets of rage apparaît dans cette compilation.

Une version strictement identique à la Megadrive, hormis quelques digitalisations vocales retravaillées.

Aucune amélioration, aucun intérêt pour qui possède déjà la version Megadrive.

Genesis US.

Le même cover que nous.

Megadrive Jap.

Streets of rage se nomme Bare knuckle au Japon.

Le jeu est plus rapide puisque en 60 hz. Le cover est complètement différent, très sympa.

Master system.

Le même cover que la Megadrive mais à la sauce Master system.

Un titre exceptionnel pour le format, un test de cette version est d’ailleurs disponible.

Game gear.

La même version que sur Master system.

Megadrive pack Pal.

Il existe de nombreux packs incluant Streets of rage, en voici quelques uns.

Megadrive 1 Pal.

Voici le plus connu et le plus symbolique.

Les deux titres Megadrive les plus populaires du moment dans un seul et même bundle.

On aurait aimé une véritable illustration imprimée et bien intégrée à côté de celle de Sonic (comme chez certains voisins Européens, voir plus bas), au lieu de cela, on a un gros autocollant rajouté. Bon… C’est comme cela.

Un classique.

Il existe une autre version, moins diffusée à l’époque et probablement moins réussie aussi, il s’agit du pack sarter auquel ils ont ajouté deux autocollants.

Voici maintenant le plus beau pack incluant Streets of rage selon moi.

C’est un modèle Espagnol.

Les Espagnols étaient vraiment les plus gâtés, Sega Spain ne rigolait pas concernant les illustrations de leurs packs Megadrive.

Magnifique.

Un autre pack Sega Espagne, et une démonstration supplémentaire qu’ils étaient très largement au dessus de tous les autres. Quantité et qualité, sept jeux, que des hits. De quoi jouer un bon moment à l’époque.

Décoration typiquement 90’s.

Megadrive 2 Pal.

Le pack le plus connu ici puisqu’il est made in France. Sympa.

Quelques modèles Uk.

Auteur : souki

Date : 28/03/17

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à venir en discuter sur le forum avec nous.

Ici :

http://forum.hfsplay.fr/jeux-video/articles-tests-hfs-play-t12415.html

Merci pour la lecture.

3

souki
Salut à tous. Fan de jeu vidéo, surtout rétro, la trentaine, je suis heureux de venir compléter l'équipe de HFS Play. Collectionneur modeste de console, j'entre également dans le monde de l'arcade, depuis l'achat d'une Sega Naomi. Je vais tenter de vous proposer des articles au sujet de notre passion commune. En espérant que tout ceci vous plaira.

4 comments

  1. metheore dit :

    Merci pour le test !

  2. Darki37 Darki37 dit :

    Encore un superbe article, bravo !
    Les images avec la description en fin d’article apportent vraiment un plus 😉
    Superbe !

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Facebooktwittergoogle_plusyoutubeFacebooktwittergoogle_plusyoutube

Recent Tweets