Menu

Flashback

Musique à écouter pendant le test :

Plate forme : Megadrive, Mega cd, Super Nintendo, Amiga, Jaguar, Xbox 360, Ps3.

Genre : Avangardiste.

Année : ??/??/1992

Editeur : Delphine software

(Test effectué sur Megadrive, Mega cd, Super Nintendo, Xbox 360, Dreamcast)

A l’époque : 19/20

Voici encore un jeu dont je ne saurais pas dire combien de fois je l’ai terminé.

Un titre légendaire.

Je me souviens quand on me l’avait prêté au collège, nous qui étions habitués à la plateforme colorée et décérébrée, c’était la première fois que l’on découvrait un titre aussi adulte et scénarisé sur Megadrive. Another world était resté plutôt confidentiel chez les gamins que nous étions, c’est Flashback qui a véritablement démocratisé ce genre de titre. Bien entendu, Flashback fait tout comme Another world, mais en tellement mieux.

Flashback annonçait ce qu’allaient être les jeux de prochaine génération, il a mis en place les standards du futur, scénario travaillé, séquences cinématiques, univers sérieux… Un jeu en avance sur son temps, impressionnant à tous les niveaux.

La version Megadrive est la meilleure d’entre toutes, j’y reviens plus bas dans ce test.

Légendaire je vous dis.

De nos jours : 17/20

Le plaisir et l’intérêt de jeu sont toujours intacts.

Flashback est aussi agréable aujourd’hui qu’hier, la jouabilité et l’animation hyper précise y sont pour beaucoup, de plus ses graphismes volontairement simplifiés sont encore (presque) d’actualité aujourd’hui. Par dessus tout, c’est cette ambiance unique et épurée qui a gardée toute sa force.

En revanche, que l’on soit bien d’accord, Flashback n’est, pour toutes les raisons que l’on sait, pas aussi culte que Another world dans l’histoire vidéo ludique, à juste titre, mais il est tellement plus agréable à parcourir.

Un indispensable, à finir obligatoirement une fois (au moins…) dans une vie de gamer.

Jouabilité : 18/20

Il faut un certain temps d’adaptation, mais une fois qu’on a assimilé, c’est un régal, précis et étoffé.

Beaucoup de possibilités, bien plus que dans n’importe quel autre titre de l’époque.

Graphisme : 19/20

Comme je le dis plus haut, les graphismes sont volontairement simples et épurés, ce qui donne à Flashback une patte bien particulière.

Évoquons aussi les cinématiques 3d que l’on regardait en boucle tellement c’était incroyable à l’époque sur Megadrive et Super Nintendo.

Ce jeu est superbe de bout en bout.

Animation : 20/20

Aucun jeu de cette génération n’était allé aussi loin dans le réalisme de ses animations. Les mouvements sont très nombreux et criant de vérité.

Le travail accompli par les programmeurs est magistral.

Seul défaut, les 16 bits de l’époque donnent tout, et ça peut ralentir à certains moments, mais cela ne fait rien, je ne peux pas faire autrement que de lui mettre la note maximum dans ce domaine.

Du jamais vu à l’époque.

Sons : 18/20

L’ambiance sonore est dans la lignée des graphismes, simple et épurée, juste ce qu’il faut, ni plus ni moins.

Les musiques viennent ponctuer à merveille les moments clé du jeu. Superbe.

L’édition Mega cd est différente et moins réussie, j’explique pourquoi dans la rubrique version un peu plus bas.

Artistiquement : 18/20

Paul Cuisset et son équipe ont accompli un travail d’orfèvre. Ce jeu annonçait avant l’heure ce qu’allaient être les titres d’aventure 32 bits.

C’est avant tout grâce à cette ambiance si particulière, sans elle, nul doute que Flashback n’aurait pas l’aura qu’il possède encore aujourd’hui.

Le jeu est très varié, les niveaux étant très différents les uns des autres.

Le cyberpunk proposé est juste parfait.

Le seul souci, c’est qu’on pourra dire que Flashback a tout copié sur Another world, ce n’est pas faux, mais il le fait tellement bien.

Le scénario paraît bien simpliste aujourd’hui, mais à l’époque, c’était très largement au-dessus du reste.

Flashback aura une suite, Fade to black, second et dernier de la série, mais avec le temps, ce premier épisode est le meilleur, de très loin.

Tous les éléments dans ce titre sont de très haute qualité, magnifiquement mis en place, animation, scénario, jouabilité, graphisme, musique et son, ambiance, intérêt, ce qui me donne presque envie de dire que Flashback est un jeu parfait.

Les versions :

Megadrive.

La meilleure des versions. Si vous êtes un puriste, c’est à celle-ci qu’il faut jouer.

Un cover légendaire.


Genesis US.

Un cover très Blade runnerien, on apprécie ou pas.

La notice en revanche fera l’unanimité avec sa superbe illustration de type comix.

En revanche, qui est cette superbe femme à coté du héro, mystère Américain.

Super Nintendo.

Des graphismes moins fins que sur Megadrive, plus baveux, mais bon, ça ne m’a pas empêché de le finir ici aussi avec plaisir.

Mega cd.

Dans cette version, les cinématiques sont beaucoup plus travaillées, on est sur de l’animation de synthèse, mais hyper pixelisée, comme d’habitude sur cette plateforme.

Hormis cela cette édition est visuellement identique à la Megadrive.

La plus grosse différence sera la présence de dialogues entièrement parlés, et de musique sans interruption pendant le jeu.

Bien que les musiques soient très réussies, je préfère l’ambiance minimaliste de la version Megadrive, je trouve que ces silences interrompus de courtes mélodies juste au bon moment, font partie intégrante de l’ambiance unique de Flashback. Je dirais même que la présence de musique non stop enlève au charme de ce titre.

Jaguar.

Je n’ai jamais joué à cette version, il paraît qu’elle est très bien, en tout point similaire à l’édition Megadrive, seul problème, on est sur 64 bits ici, la réalisation aurait dû être largement optimisée.

Xbox 360, Ps3.

Il existe un remake hd paru en 2013.

Autant y aller franchement tout de suite, je n’ai pas du tout aimé cette version. Je n’ai d’ailleurs même pas fini le premier niveau.

Graphismes à la ramasse pour un remake, tout semble en plastique, héros générique sans charisme. Flashback apparaît ici visuellement comme un titre lambda parmi tant d’autres.

J’ai peu être tort de m’arrêter à cet aspect du jeu, mais bon, en ce qui me concerne, le vrai Flashback, c’est celui de l’époque, et puis c’est tout.

Dreamcast.

Une toute nouvelle édition du jeu datée 2017.

Le cd comprend plusieurs versions, celle d’origine, mais aussi une édition optimisée. Cette dernière propose toutes les langues, Le 4/3, le 16/9, un lissage graphique pour écran hd, et des ajouts dans les séquences cinématiques.

Pour résumer, on tient probablement ici la version ultime de Flashback.

Certainement pas la plus symbolique, mais probablement la plus complète.

Megadrive pack pal.

Le rarissime et magnifique pack Sonic & Flashback Megadrive un.

Je vous l’avais déjà dit dans de précédents tests, les Espagnols ont vraiment eu les plus beaux packs Megadrive de la planète.

Une édition que j’ai cherchée un moment, mais elle est trop rare.

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à venir en discuter sur le forum avec nous.

Ici :

http://forum.hfsplay.fr/jeux-video/articles-tests-hfs-play-t12415.html

Merci pour la lecture.

1

souki
Salut à tous. Fan de jeu vidéo, surtout rétro, la trentaine, je suis heureux de venir compléter l'équipe de HFS Play. Collectionneur modeste de console, j'entre également dans le monde de l'arcade, depuis l'achat d'une Sega Naomi. Je vais tenter de vous proposer des articles au sujet de notre passion commune. En espérant que tout ceci vous plaira.

2 comments

  1. Xaind Cris dit :

    Merci pour temps ainsi que tes fructueuses et complexes recherches !
    Très sympa et objectif test.
    Bonne continuation pour la suite ! ++

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Facebooktwittergoogle_plusyoutubeFacebooktwittergoogle_plusyoutube

Recent Tweets