Menu

Dirty Pigskin Football, le TEST!

Dirty Pigskin Football

Connaissez vous ce jeu Dirty Pigskin Football?

Découvrez ou re-découvrez Dirty Pigskin Football a travers ce test!

Quand, dans nos contrées, on parle de football, 99.9% de la population pensent directement à 22 frêles types en short, et souvent bien coiffés, courir après un ballon rond. Mais heureusement pour l’Europe, le 0.01% qui reste identifie ce mot non pas comme le « Soccer » (soit disant un sport mais plutôt un défilé de mode pour jeunes millionnaires) mais bien comme un monde où la lâcheté n’existe pas, où les coupes de cheveux, on en a rien à branler, et où on se défonce littéralement pour l’avoir, ce ballon. Bienvenue dans le VRAI Football !

Le Football (Americain en France) est le sport le plus populaire de l’autre côté de l’Atlantique. Pour nous autres Européens, nous ne pouvons que toucher du doigt la ferveur qui enflamme tout un pays lors du SuperBowl, la grande finale de la NFL, la ligue de Football professionnelle américaine. C’est un peu comme si chaque année, nous revivions la finale de la coupe du monde de Soccer en 1998 ici en France. Un pays derrière ses joueurs (malgré le fait qu’ils soient d’équipes différentes), un pays derrière son sport en finale de sa plus grande compétition au monde. Et dans le monde de geek dans lequel vous vivez (puisque vous êtes la !), deux façons de concevoir le Football existent.

La première, et la plus populaire dans le monde, est réaliste. Avec comme leader Incontesté la série des Madden NFL d’Electronics Arts, elle propose aux joueurs une vision la plus proche de ce qu’est le Football de nos jours. Des graphismes à la limite du photo-réalisme, des stratégies de jeux par milliers, un contrôle total de ses joueurs… Une simulation vidéoludique quasi parfaite de ce sport aussi accessible pour un débutant qu’exigeante pour un expert mais qui hors des USA, faute d’une absence de traduction depuis toujours, rebutent la quasi totalité des néophytes en Football à se jeter dans le grand bain.

La seconde, et la plus connue dans nos frontières, est fantastique. En gros, une forme de Football réelle mais placé dans un monde fantastique, qu’il soit futuriste ou fantasy, et laissant de nombreuses largesses au niveau des règles pour permettre un jeu plus accessible, plus cool, plus fun à jouer. La licence la plus connue dans ce petit monde est sans conteste Blood Bowl, un jeu de plateau créé en 1987 par Games Workshop (l’éditeur à qui l’on doit Warhammer et Warhammer 40.000, entre autres) et développé en sous forme de jeu vidéo en 2009 par Cyanide où humains, nains et autres orcs s’affrontent dans une version simplifiée du Football pour au final se foutre joyeusement sur la tronche quand le gobelin qui sert d’arbitre n’a pas été tué par le public déchaîné où que le porteur du ballon n’est pas mort suite à un tackle vicieux d’un défenseur…

Maximus, vous n’êtes pas prêt de le croiser sur un terrain de la NFL…

Dirty Pigskin Football

 

En arcade, de très bons jeux sont sortis au fil des années comme Super High Impact et la série des NFL Blitz édités par Midway, mais il a fallu attendre 2004 pour que naisse sur Atomiswave un titre aussi inattendu et que méconnu, mais qui enflamme littéralement tous ceux qui s’y sont frottés, Dirty Pigskin Football.

 

En Aparté

 

Je ne vais pas vous faire ici un exposé sur les règles du Football, mais il est important de poser les bases du jeu qui, à tord, est trop souvent comparé au Rugby.

Le Football est un sport de gagne terrain où le but est d’emmener le ballon dans la zone d’en-but adverse. Mais la où le rugby est un jeu continu, le Football est composé de séries d’actions très rapide où les attaquants doivent faire avancer régulièrement le ballon quand la défense doit le stopper, voir le récupérer pour en prendre possession et passer en attaque.

Dirty Pigskin FootballPour un novice, le Football est difficilement lisible de part la rapidité des actions et la complexité de son jeu mais avec un œil légèrement exercé, on constate très vite que malgré la violence des impacts et des phases de jeu, ce sport a beaucoup plus du jeu d’échec que du sport de combat. Chacun des joueurs sur le terrain que ce soit en attaque ou en défense, a l’instar des pièces sur un échiquier, est un spécialiste dans son poste, aux déplacements parfaitement calibrés et connaissant l’ensemble des stratégies de son équipe (plusieurs centaines) sur le bout des doigts.

La course et la passe (illimité en arrière, unique par action en avant) sont les deux façons d’attaquer alors que la défense doit intercepter ou empêcher la réception des passes et stopper les courses pour limiter au maximum l’avancée de l’équipe adverse. L’attaquant dispose de 4 tentatives pour faire avancer le ballon d’au moins 10 yards (un peu moins de 10 mètres) pour avoir 4 nouvelles tentatives, et ainsi de suite, pour au final marquer un touchdown qui se suivra d’une transformation au kick (au pied) ou d’une nouvelle phase de jeu. Si la progression de la balle est inférieur à ces 10 yards lors de la 4eme tentative, le ballon passe a l’autre équipe et les rôles s’inversent.

Il y a aussi la possibilité que l’attaquant perde le ballon lors d’une phase de jeu si son porteur le lâche. Dans ce cas, il y a un « Fumble », c’est a dire que le ballon est libre et l’équipe qui la récupère devient l’attaquante.

Voila un rapide résumé de ce qu’est le Football. Mais revenons à nos moutons avec Dirty Pigskin, un jeu de football développé et édité par Sammy qui est sorti en 2004, complètement dans l’ombre des autres titres de la plateforme sur laquelle il fut créé. Je ne vais pas répéter ce que d’autres comme Wovou ont su synthétiser avec brio, voila simplement un descriptif complet de ce système : L’Atomiswave de Sammy

Malgré sa sortie dans l’ignorance la plus totale, Dirty Pigskin Football a quand même eu droit à 2 bornes dédiées différentes, une pour 2 joueurs et une pour 4 joueurs. Je trouve d’ailleurs personnellement les control panels vraiment stylés avec le joystick en forme de ballon, le bouton turbo sur son sommet (nous y reviendrons). A ma connaissance, aucune de ces machines n’a un jour posée ses condensateurs en France et les seuls pays où j’ai pu apercevoir sur le net une borne, ou ne serait ce que la cartouche du jeu, sont la Russie et les USA.

Fort heureusement pour nous, les jeux Atomiswave ont été dumpés et sont disponibles soit pour un émulateur (Demul), soit pour tourner sur Naomi grâce au travail de Darksoft (son blog ici) qui à réussi le tour de force de modifier les dumps des jeux pour les faire tourner sur le NetBoot du système de Sega. C’est donc via ces 2 biais que nous autres pouvons aujourd’hui profiter de cette pépite du monde de l’arcade.

 

Un flyer officiel où l’on peut voir les deux bornes dédiées de Dirty Pigskin Football

Dirty Pigskin Football la borne

 

On the Field Bastards !!!

 

Après avoir regardé la vidéo d’introduction assez explicite sur le jeu et inséré notre pièce d’une main hésitante, nous voici sur un premier écran où l’on doit choisir son côté du terrain et après le Coin Toss (le pile ou face, pour décider quelle équipe aura l’attaque la première), nous arrivons à l’écran de sélection des équipes. Et le choix est juste…. énorme !

Nous avons maintenant le choix entre les formations suivantes :

  • Les Abductors : Des Extraterrestres pas franchement là pour tailler une bavette.
  • Les Ring Kings : Des catcheurs tournant à différents stéroïdes.
  • Les All Stars : Une équipe classique, des gros bourrins quoi…
  • Les Hitmen : Des Mens In Black, apparemment assassins du gouvernement US.
  • Les Bad Girls :  Des filles punks qui en ont sous les … pieds….
  • Les Gridiron Ghouls : Des gobelins, des goules et des orcs, normal.
  • Les Wolf Clan : Des Vikings bien décidés à tout éclater.
  • Les Cell 5 Block :  Des taulards, bien vicelards .

 

Aucune statique différente entre ces 8 équipes, tout se fera au skill (une excuse de moins pour les rageux !^^).

Dirty Pigskin Football

Après un petit écran de chargement où sont présentés les 5 joueurs qui composeront chaque équipe, une petite cinématique nous dévoile le décor et le stade où sera joué le match. Élément très sympathique d’ailleurs car chaque équipe possède son propre décor et terrain de jeu. Vous aurez donc la chance de jouer sur le toit d’un immeuble de la CIA (pour les Hitmens) comme sur un terrain au beau milieu de catacombes (pour les Ghouls) ou d’un ring de Catch avec ses pompom girls (pour les Ring Kings). Chaque équipe voit donc sa personnalité transparaître dans son propre décor avec le même sens de l’humour badass et assumé, le top pour un jeu qui ne se prend déjà pas au sérieux mais qui n’est pas la pour passer inaperçu.

Nous voici donc arrivé sur le terrain et les quelques règles du jeu, qui sont un dérivé du vrai football mais adapté pour un maximum de fun, s’affichent. Expliquons les dès à présent :

  • Clocks Starts At 3:00 : Le match dure 3 minutes de temps de jeu effectif ;
  • 7 points for Passing Touchdown : Un Touchdown marqué en faisant une passe longue vaut 7 points ;
  • 6 points for Running Touchdown : Un Touchdown marqué en faisant une course vaut 6 points ;
  • 2 points for Safety : Quand le porteur du ballon se fait plaquer dans sa propre zone d’en-but, l’équipe adverse marque donc un Safety qui lui rapporte 2 points (il faut avancer bon dieu !!!) ;
  • Score in Four Down : L’équipe qui a le ballon a 4 tentatives pour marquer un Touchdown, sans quoi la balle est donné à l’équipe adverse ;
  • No Offside Penalty : Pas de pénalité pour Hors Jeu ;

 

S’en suit la command list que je vais détailler dans les lignes qui suivent mais dans tous les cas, Dirty Pigskin Football se joue à 3 boutons :

  • Le bouton Rouge est le bouton A
  • Le bouton Bleu est le bouton B
  • Le Bouton Jaune est le bouton C ou bouton Turbo

 

No Pain, No Gain Assholes !!!

 

Les 2 équipes se font donc face et le vainqueur du Coin Toss commence avec le ballon.

A chaque phase de jeu, le choix de la stratégie peut faire la différence

Dirty Pigskin Football

Au début de chaque phase de jeu, chaque équipe doit choisir une des 9 stratégies disponibles (réparties en 3 pages de 3 stratégies que l’on fait défiler avec le joystick de gauche à droite) en fonction de son rôle, qu’elle soit en attaque ou en défense.

Les stratégies offensives permettent les jeux de courses et de passes (les flèches de couleurs rouges et bleus indiquent les courses des receveurs et les T inversés jaunes montrent le type de blocage des Linemens censés protéger le Quaterback) quand les stratégies défensives servent à contrer ces mêmes actions (les ronds rouges sont les zones de protection des Cornerback, les flèches rouges sont les déplacements des joueurs et les croix blanches, leurs positionnements). A chaque joueur de faire le bon choix qui est souvent déterminant dans le feu de l’action.

L’équipe qui attaque a le Snap, c’est à dire l’engagement de la balle. Il peut commencer l’action en appuyant sur A ou faire une feinte de Snap avec le bouton B pour tromper son adversaire.

Le Snap est fait, pas de temps pour tergiverser pour l’attaquant, je passe ou je cours.

Dirty Pigskin Football

Une fois le ballon engagé, voici les commandes pour chaque équipe :

En attaque :

  • A : passe au receveur surplombé d’une fléche rouge
  • B : passe au joueur surplombé d’une fléche bleue
  • C : Mode Turbo, course plus rapide
  • A+C : Super Passe

 

En défense :

  • A : Tackle (plaquage)
  • B : Changer de joueur
  • C : Mode Turbo, course plus rapide
  • A+C : Super Tackle

 

L’interface de jeu est on ne peut plus clair. Les joueurs contrôlés par chaque joueur sont surplombés de leur numéro, en haut centrée se trouve le tableau de score et le chrono, en bas de chaque côté sont positionnées les barres de Turbo de chaque joueur qui se remplisse lors des phases de jeu et se vide lors de l’utilisation du Turbo. Lorsque la barre de Turbo est pleine, en appuyant sur A+C ou B+C, l’attaquant peut faire une Super Passe (une passe rapide qui ne peut pas être interceptée) et le défenseur peut avec A+C déclencher un Super Tackle (un super plaquage de bourrin avec des animations plus badass et drôles les unes que les autres).

Big Paulie s’apprête à littéralement défoncer Mister Ghoul… Enjoy !

Dirty Pigskin Football

 

Les commandes sont relativement simple à assimiler mais demande du sang froid, de l’anticipation et de la dextérité, notamment pour réaliser les Super Passe et Super Tackle et la progression est constante au fur et à mesure des parties. Le jeu demande comme au vrai football une rapidité de décision et d’action cruciale pour la réussite d’une action. La lecture des courses des receveurs, des blocages des Linemens et les mouvements du Quaterback seront aussi décisifs pour l’attaque que pour la défense, ce qui colle parfaitement au côté arcade que se devait d’avoir Dirty Pigskin, à savoir une prise en main enfantine mais un réel besoin de pratique pour avoir le skill qui fera la différence entre un Touchdown et une interception de dernière minute.

Coté ambiance, le jeu est juste un modèle du genre, tout y est. Les graphismes sont colorés, le design du jeu est très cartoon, ce qui rend le tout bien homogène et complètement dans le ton bien barré que nous sert le jeu. En 31kHz, le jeu est assez fin et n’a pas si mal vieillit que ca car le design du jeu est tellement bien en raccord avec le sujet proposé que l’on place cet élément très rapidement au second plan.

Jason Vorees mettant un Touchdown et faisant le Moonwalk, simplement énorme…

Dirty Pigskin Football

 

La bande son est elle aussi bien pensé, du bon gros hard rock bourrin aux thèmes musicaux médievaux et nordiques, en fonction des équipes et du terrain sur lequel on joue.

Mais c’est réellement l’homogénéité que forment le gameplay « easy to play, hard to master », le design cartoon et le côté badass et burlesque qui fait que ce jeu est une véritable perle en multijoueurs, un savant mélange qui fait la différence entre un jeu sur lequel on ne fait que passer et un excellent titre sur lequel on a réellement plaisir à revenir pour quelques parties ou une découverte à partager avec ses potes.

C’est un ami à moi qui m’a fait découvrir Dirty Pigskin Football il y a quelques années et c’est avec un énorme plaisir que j’y reviens assez souvent dès que mon frère ou des potes passent à la maison. Je ne peux donc que vous conseiller très fortement ce titre qui, avec NBA Hangtime, Neo Turf Masters et Windjammers, forment mon quatuor préféré de jeux hors VS Fighting à jouer entre potes.

Découvrez le en video: https://www.youtube.com/watch?v=21k3brydMOM

Sur une New Net City avec Naomi en Netboot, Let’s Rock !!

Dirty Pigskin Football

 

TOUCHDOWN MOTHERFUCKERRRRRRR !!!!

 

4

One comment

  1. jetmrfreez dit :

    great job bon j ai tester se jeux c est juste pas pour moi lol

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Facebooktwittergoogle_plusyoutubeFacebooktwittergoogle_plusyoutube

Recent Tweets